Preloader Image

décembre

2019-12-30
news

Focus : la scène brésilienne, par João Selva

Du 4 au 8 décembre se tenait à São Paulo la 7e édition de la Semana Internacional de Musica. L’occasion de prendre le pouls de la scène brésilienne en cette fin d’année.

D’un côté, 2019 est une très mauvaise année pour les créateurs brésiliens : suppression du Ministère de la Culture, coupures budgétaires à foison, marginalisation des artistes au sein de la société, retour en force de discours fascistes et discriminants. Il est loin le temps où Gilberto Gil était ministre de la culture et donnait des ailes à toute une nouvelle génération de musiciens ! Mais d’un autre côté, les artistes font contrepoids aux régressions proposées par Bolsonaro, s’élevant par leur art au dessus du raz de marée conservateur. 

Fer de lance de ce mouvement, les femmes issues du hip hop, qui font de chaque show l’occasion d’exprimer leur rage envers la société patriarcale, raciste et libérale. En ce sens, la talentueuse Bia Ferreira semble être l’une des principales porte-paroles de sa génération. Dans un autre registre, l’artiste transgenre Liniker & os Caramelows gagne en maturité, signant un second album plus intimiste.

Pour des sons plus emprunts de tradition, détour obligatoire du côté de Bahia pour découvrir la songwriter Josyara – née à Juazeiro, même ville qu’un certain João Gilberto

Ou bien à Pernambuco, où la rappeuse Jessica Caitano du combo Radiola Serra Alta se lance en solo avec l’appui du producteur Chico Correa.

Une autre nordestine adepte du sound-system, Luiza & Os alquimistas vient tout juste de sortir son premier album, mélange de brega et baile funk. Rythme que la paulista MC THA n’hésite pas à rapprocher aux incantations et tambours de l’umbanda.

On note aussi l’éclosion d’une scène urban jazz proche du milieu hip hop et bien représenté en la personne de Jonathan Ferr. Sideman de nombreux chanteurs, il vole désormais de ses propres ailes et c’est une très bonne nouvelle !

Le producteur DJ NIACK, connu pour être le dj du rappeur Emicida depuis 2007, est aussi dans les bons coups.

On le retrouve dans le band qui accompagne le jeune Zudizilla, énorme talent à suivre ! Mais aussi derrière les platines pour la chanteuse Luedji Luna, qui gagne énormément à frotter la douceur de sa voix à la fronde de la scène hip hop.

Pour aller plus loin, voici une petite liste avec les 50 sorties à ne pas rater en 2019, concocté par blog Tenho Mais Discos que Amigos.

Read article
2019-12-23
Video

Sika Deva – Gling

Gling, le nouveau single de Sika Deva est sorti il y a deux semaines. Son clip quant à lui remonte à quelques heures. Fraîchement livrée à l’attention de la rédaction, cette réalisation colore cette fin d’année 2019.

Avec ce titre, le jeune talent parisien, que l’on suit depuis Multifonctional, fait son entrée dans le catalogue de Kitsuné Musique.

Réalisé dans un délai court et avec un petit budget, le clip éponyme, signé Sarah Jacquier est une belle démonstration de créativité à l’état brut. Un flot de pixels et de décibels à découvrir ici :

Read article
2019-12-23
news

Undagawds (Peter Manns & Thelonious Coltrane)

Undagawds est une rencontre. La manifestation sur disque d’un combo américano-russe, installé en Allemagne. Une dinguerie boom-bap hors des radars et des frontières.

Derrière ce qui semble le véritable premier projet international de Sichtexot, le rappeur Peter Manns et le beatmaker Thelonious Coltrane. Ensemble, ils apposent rimes et mesures pleines de groove à l’exode et l’acclimatation dans une contrée nouvelle.
Un des rares albums exclusivement rappés en anglais dans le catalogue du label allemand. Nouvelle ode au boom bap en 2019, dans les règles de l’art. Une dose de pure, en écoute ici :

Read article
2019-12-22
Playlist

Sagittarius : Fall in Love with Disgrooveriz

Nouvelle playlist du camarade Sagittarius qui met en playlist les trips mélancoliques et mélomanes hivernaux. 


Une sélection qui dépeint l’écoute à moitié endormi(e), casque sur les oreilles et sourire aux lèvres. Sagittarius se fait le chef de gare d’un convoi qui ne connait pas la grève. Nocturne ou matinale, cette playlist assure le transport urbain dans les meilleures conditions.
Bordés par le son et les bonnes vibes, on Tombe en Amour pour les Discgrooveriz 

Read article
2019-12-17
news

2 Places à gagner | WomenBeats | Alimentation Générale | 21/12

Nouvelle déclinaison du Dérives Festival à Paris la première édition du WomenBeat met à l’honneur le défrichage musical par des artistes féminines.

Un événement qui capture depuis une autre focale, l’actuelle effervescence culturelle mondiale. Pensé par des femmes mais à destination de tous, la soirée du 21 décembre à l’Alimentation Générale promet de nouvelles perspectives et ramène un peu de rééquilibrage dans les décisions artistiques.
Deux places sont à gagner, pour tenter sa chance, envoyez un mail à alpha@legrostasdezik.com. Les gagnant(e)s seront contacté(e)s vendredi. Bonne chance à toutes et à tous !

WomenBeats #1

WomenBeats est un tour du monde festif du défrichage musical et de la découverte culturelle vu par des artistes féminines.
Dérives Festival lance ses soirées hors-série pour vous dépayser même en hiver, et pose ses valises au centre de Paris pour mettre en valeur la diversité culturelle du monde entier représentée au sein de la capitale. Avec un fil directeur : les femmes à l’honneur !
La première édition #WomenBeats vous fera dériver à travers les continents : on commence au Brésil avec une roda de samba inédite à Paris en première partie de soirée, puis nos 2 DJs globe-trotteuses vous embarquent toute la nuit pour un voyage de la scène électro-tropicale des Amériques aux rythmes percussifs d’Afrique de l’Ouest en passant par les sonorités envoûtantes du Maghreb.

SAMBADA MINA (BRÉSIL/FRANCE)

Sambada Mina est née de la rencontre entre deux musiciennes passionnées par la samba et les rythmes brésiliens : Mathilde Honigman et Emilia Chamone. Dans ce nouveau projet, elles se consacrent à une recherche musicale et poétique autour de morceaux interprétés et composés par des femmes au Brésil. Un répertoire qui ondule sur des airs de représentativité, de philosophie du vivre ensemble, des forces de la Nature, des libertés, et d’amour !
Mathilde Honigman (chant)
Emilia Chamone (percussions)
Lucimara Bispo (percussions)
Musiciens invités : Jean Brogat-Motte (guitare 7 cordes), Pedro Barrios (cavaquinho)
Invitées d’honneur : Júlia Donley (flûte), Karina Paim (pandeiro et voix)

MATHILDE HONIGMAN

C’est en découvrant la musique brésilienne à l’âge de vingt ans que Mathilde Honigman se met à chanter. Cette parisienne débute avec la bossa-nova et la musique populaire brésilienne, avant de s’installer dans la samba, ses textes, ses rythmes et son énergie incomparables. Sa voix suave et chaleureuse vous emmène aux confluents des musiques de ce pays si cher à son cœur, dont elle a su sentir l’essence. Mathilde chante la samba, art de vivre et quotidien d’un peuple qui met toute sa vie en chanson.

EMÍLIA CHAMONE

Percussionniste, ethnomusicologue et pédagogue, Emilia Chamone a soutenu un doctorat en ethnomusicologie à l’EHESS/Paris. Professeur de rythme et de formation musicale danseur aux conservatoires parisiens Paul Dukas (12ème) et Mozart (1er), elle travaille également comme musicienne intervenante à la Philharmonie de Paris. Elle a joué avec plusieurs artistes en France et au Brésil comme Karine Huet, Chico Lobo, Zalindê, Tabajara Belo, Yure Romão, Prucutrutrá, Sarandeiros, Bantuquerê, Uakti Oficina, etc.

LUCIMARA BISPO

Percussionniste, batteuse et professeure de musique. L’étude de différents genres
musicaux lui a permis de jouer avec plusieurs artistes de la musique, du théâtre, de la danse et du cinema au Brésil et dans d’autres pays.
Parmi plusieurs CDs enregistrés, Sementeira – Sons da Percussão avec l’icône de la percussion brésilienne Naná Vasconcelos.
LES + :
– les rodas de samba sont très populaires à Paris mais sont quasiment toutes portées et composées d’hommes en majorité. De plus, le répertoire populaire de samba brésilienne contient des morceaux aux paroles sexistes et dénigrantes pour les femmes. À travers ce projet, les artistes de Sambada Mina remettent les paroles au coeur de la musique en choisissant des chansons au message positif et bienveillant.
– grands noms de la samba parisienne invités et première date du groupe (musiciens issus des plus grandes rodas de Paris comme Roda do Cavaco, Samba Cidade Luz, Zalinde…)

MAFE MARACUYEAH (COLOMBIE / USA)


Mafe Maracuyeah est américaine et colombienne, et représente le son des migrations. Après une enfance entourée de chanson traditionnelle à Bogota et une adolescence punk rock en Floride, elle s’installe à Washington DC où elle devient l’ambassadrice de la nouvelle scène latino à travers ses soirées « Maracuyeah ». DJ, promotrice et activiste de cette scène latine alternative, elle s’est depuis installée à Paris où elle a monté le festival Latin Beat Machine et a continué à mixer dans des salles telles que la Bellevilloise, le Cabaret Sauvage ou encore le Comptoir Général.
Ses sets inspirés mélangent les rythmes latino-américains traditionnels et la musique électronique, le tout résolument orienté dancefloor. Elle a partagé la scène avec les maestros du courant Electro-tropical comme Bomba Estéreo, Isa GT, Kumbia Queers, Uproot Andy, Chico Trujillo et bien d’autres encore. DJ Mafe Maracuyeah fait danser les foules au son de ce qu’elle appelle la « Quinceañera bass », subtil et détonnant mélange de sons electro latinos.
LE + : Mafe est l’une des DJs et productrices de soirées les plus actives de la scène latine alternative aujourd’hui à Paris et parvient à fédérer sa communauté autour du développement de la scène latine alternative comme peu d’artistes y parviennent.

WONDERBRAZ


Wonderbraz mixe avec maestria des musiques du monde que l’on n’a pas souvent l’occasion d’écouter. Des musiques à la fois populaires, traditionnelles, anciennes ou actuelles, qu’elle a ramenées de ses voyages ou que des amis d’autres contrées lui ont confiées.
Des trésors, des collectors. Des morceaux électro-exotiques, des mélodies hip-hop dépaysantes, des bombes métissées. Chercheuse de sons non formatés et activiste culturelle concernée par la libre circulation des artistes et des oeuvres, Wonderbraz balance, avec naturel, des sons du monde à effet garanti sur le dancefloor.
LE + : l’expérience, le défrichage musical, la qualité de la sélection, l’éclectisme et le mélange des genres.
Read article
2019-12-15
news

Cookin Soul – DOOM XMAS (MF DOOM remixes)

Le vengeur du rap est à l’honneur dans l’hiver ibérique. Les producteurs espagnols Cookin Soul ont confectionné l’an dernier DOOM XMAS. Un album entièrement dédié à MF Doom aka plus célèbre des rappeurs masqués.

Un habile mélange d’acapellas, de beats et de samples sur la thématique de Noël. Un projet où les traditionnels films, pubs et chants de noël se font découper par une bande d’experts de la production et du remix. 
Big Size et Zock chamboulent tout ce qui évoque la fameuse fête païenne christianisée, de la coiffure impeccable de Nat King Cole, aux tubes de l’hiver, en passant par les sempiternels téléfilms type « aventures d’Allan Quatermain / romances de noël / re-re-rediffusion de blockbusters ». Les cogneurs de pads originaires de Valence donnent une alternative à la bande-son de fin d’année et aux débats socio-politiques en famille.

Pourquoi passer le réveillon de Noel à attendre qu’un type blanc extra obèse éclate ton plafond quand tu peux le passer avec ton super villain DOOM ! HO, HO, HO !

– Daniel Dumile aka MF DOOM

Read article
2019-12-12
Video

Sampling Is Beautiful | Célestins, Théâtre de Lyon | Décembre 2019

Les bails deviennent réels chez Sampling is Beautiful. Après deux années d’incubation au Périscope, les camarades Zajazza et Paul Bourdrel exportent le concept de création autour de la programmation de lieux culturels. 

Pour ce premier numéro hors-les-murs, le binôme producteur-vidéaste investit les Célestins et passe ses deux siècles d’histoires sous les machines et les caméras. Le résultat : un titre et une performance originale, en images.

Avec ce numéro, le duo continue d’implanter la découpe de samples dans le paysage. L’art du beatmaking entre dans la culture locale par la grande porte. Respect !

Read article