Preloader Image

avril

2019-04-29
Playlist

Kev Brown : merci pour tout !

Icone du beatmaking et influence de toujours, le producteur Kev Brown a annoncé sur les réseaux sociaux sa retraite. Une nouvelle qui est tombée comme un coup de massue et qui aura mis deux semaines avant d’être digérée.
Le chef de file du Low Budget Crew mettre fin à sa carrière, une fois ses derniers engagements tenus. Une décision soudaine, alors que le beatmaker du Maryland était en regain de productivité. Un choix motivé par la trop maigre, voire inégale rétribution de son travail, par rapport aux diffuseurs/exploitants de son oeuvre (labels / services de streaming).
Le Gros Tas de Zik salue Kev Brown et le remercie en playlist, pour toute l’inspiration et les vibrations procurées par son travail d’orfèvre passionné. Qu’il s’agisse d’une pause temporaire ou définitive, voici un concentré de ses contributions les plus marquantes :

Read article
2019-04-29
Video

Nola Cherri – These Associations

Une note de douceur à Paris en ce début de printemps ; c’est la sortie du premier projet These associations de la talentueuse Nola Cherri qui vient accompagner les journées qui s’allongent.

Son style particulier, c’est le fruit d’explorations éclectiques mais aussi du travail avec le collectif Nautylus Lab dans un parking secret à Saint-Ouen, Nola a sa part de mystère ! Ses multiples inspirations se ressentent dans cet EP, elle confesse un amour pour Zap Mama, Gainsbourg ou encore Diam’s. Cet héritage est perceptible dans la douceur de sa plume, les morceaux prennent la forme d’histoires bercées par une voix soul qui jongle entre français et anglais, mélodie et rap, nous emmenant dans chacun de ces univers.

C’était une putain de nuit de mai, je m’en rappelle encore…

– Nola Cherri
Nola parvient en 5 morceaux à nous faire basculer dans différentes ambiances (soul, trap, lofi…), issues de ses propres rencontres et collaborations avec des artistes de divers horizons ; Ian, un américain vivant à Paris (Virginia Rose / Omo), Yoshi, d’origine japonaise (Jäger), Kevin (Kepo), ou encore Natty, un ami ivoirien. On bat le rythme, on tangue, on danse aussi, il y a quelque de chose de proche et d’élusif à la fois, ce n’est pas si simple de cerner Nola après tout !

Des artistes visuels ont rejoint la chanteuse pour ce projet, et notamment lors de sa soirée de release de l’EP le 4 avril dans une galerie associative (18e arrondissement à Paris), pour un beau moment de partages et de vibrations !

Read article
2019-04-23
Video

La Fine Equipe – 5th Season

Avec cet album, La Fine Equipe marque chez Nowadays Records, une cinquième étape à sa discographie amorcée en 2008. Le quatuor français réalise un projet aussi complet qu’hétérogène, où des vibes diamétralement opposées parcourent le même tracklisting.
Un conglomérat de productions qui forment une expérience d’écoute à la fois agréable et versatile. Les audacieux grands écarts entre les grooves ratissent large et retracent les onze années du groupe. Ce 5th Season rassemble inspirations d’hier et d’aujourd’hui, collaborations avec des camarades de longue date et des influences de toujours. 

MadjoSara LugoFakearZefire20syl & GremsIlla J & T3 (Slum Village)Declaime & Georgia Anne MuldrowMr J. Medeiros (The Procussions) ; la liste des featuring est à l’image du spectre de ce cinquième long format. C’est dans le plus grand des calmes que l’on vogue entre musiques électroniques, envolées oniriques, beatmaking des plus allégoriques.
En résumé : oOgo, Chomsky, Mr. Gib et Blanka élaborent un cheminement de 14 pistes aussi solide que déroutant. Un album à parcourir les chakras grands ouverts ici :

Read article
2019-04-23
Video

Javonte – Where have you Been

C’est lors d’une des semaines spéciales au sein du carre VIP, la #Underratedweek qu’il m’était revenue en mémoire les créations de l’artiste peu reconnu qu’est Javonte !

Un parolier, arrangeur et producteur accompli, qui participent aux succès des autres quitte à rester dans l’ombre. Ce n’est pourtant pas une voix inconnue…

Première partie de la dernière tournée de Gladys Knight, Javonté associé chez TDE (Top Dawg Entertainment) contribue à l’écriture de lyrics pour plusieurs artistes. Ses participations notables sont, par exemple… avec Kendrick Lamar, sur « She Needs Me » (Kendrick Lamar EP, 2009) . Ses contributions au sein de TDE sont nombreuses. On le retrouve sur la quasi-totalité des titres de Section.80 (2011) ! A noter son background vocal sur le titre Mortal Man (To Pimp A Butterfly, 2015)

Javonté est également présent sur chacun des trois albums de AB-Soul (Top Dawg Entertainment) on relèvera « Picture That » (Long term Mentality, 2011), « Empathy » et le troublant « The Book Of Soul » (Control System, 2012)

Terrace Martin, IlI Camille, Sylvan LaCue, Tea Beast, sont venus, ces dernières années, s’ajouter au large ornement de sa couronne.

Début 2017 il nous réjouissait avec son titre ambrée « April’s fool » (en feat. avec Mark Echols), loin d’être un canular…

Selon les actu Javonte serait sur la production d’un album. Ça ne sera pourtant pas le premier ! En 2014 « Where Have You Been voit le jour dans l’indifférence presque générale. Javonté est malheureusement victime du sort de beaucoup d’artistes, hors normes, se retrouvant rarement crédités tel qu’il se doit pour les projets auxquels ils participent, si nombreux.

Il s’agit pourtant ici d’un album significatif en plusieurs sens! Avec ce premier opus complet en solo, le chanteur Neo-soul californien, outsiders se place sous les spotlights. Dix chansons qui emportent dans un voyage musicale manœuvrer par un guide accompli, sur le plan artistique et technique.

Qui sait peut-être une étape prometteuse pour l’avenir…?

Read article
2019-04-23
Video

JuWehl – JuWehl EP

Martin Von Der Wehle aka JuWehl, la nouvelle signature du label berlinois Krekpek Records vient de Copenhague. Le crew mené par Figub Brazlevic et Benne Basquiat affirme son positionnement européen avec cette connexion germano-danoise. Une collaboration qui passe entre les lignes de la rédaction lyonnaise LGTDZ.
Apres le Slice Of Paradise de Figub Brazlevic et Klaus Layer allégoriquement boom-bap, le collectif explore les frontieres et ouvre ses portes à de nouvelles vibes.

Hors de tout carcan le Krekpek garnit son catalogue production plus légères et funky mais toujours aussi denses. Les instruments live et la langue d’Andersen passent au premier plan à l’instar de traditionnelles machines et du verbe anglais et germanique. 

Une fraîche et surprenante sortie, disponible sur les principales plateformes digitales et en écoute ici :

Read article
2019-04-12
news

Places pour Blinky Bill & Tracy De Sá | Mardis du Grand Marais | 16 avril

Une programmation internationale se dévoile ce 16 avril au Mardis du Grand Marais à Riorges, (aux alentours de Roanne). Avec le concert du rappeur kenyan Blinky Bill que nous avions recu au Periscope avec James Stewart et Tracy De Sá, rappeuse locale qui trace son chemin à l’échelle nationale.
Des places sont à gagner sur Le Gros Tas de Zik, pour tenter sa chance rien de plus simple : envoyez un petit mail à alpha@legrostasdezik.com. Les gagnants seront contactés et tirés au sort. Bonne chance à toutes et à tous.

Blinky Bill (Kenya)

Difficile de résister à Blinky Bill : des sons qui font danser, des rythmes qui font planer… A la fois rappeur, musicien, producteur et DJ, le Kényan incarne l’afro futuriste africain et diffuse ses ondes dans le monde entier.

Tracy De Sa (Lyon)

Féministe évidente, fière dans un milieu régi par les hommes, Tracy déroute l’auditeur par ses changements de rythmes imprévus mais maitrisés et le galvanise de ses rimes guerrières. 

Read article
2019-04-11
news

Places à gagner pour Black Milk au New Morning (12/04)

Black Milk est de retour dans l’hexagone. Avec un passage au Périscope encore dans les mémoires, le rappeur/producteur de Detroit accompagné du groupe Nat Turner Rebellion sera au New Morning de Paris ce vendredi 12 avril.
Des places sont à gagner sur Le Gros Tas de Zik, pour tenter sa chance rien de plus simple : envoyez un petit mail à alpha@legrostasdezik.com. Les gagnants seront contactés et tirés au sort. Bonne chance à toutes et à tous.

Black Milk

Black Milk ose encore et toujours repousser les limites de son art, pour notre plus grand plaisir. Nous l’avions connu aux côtés de Slum Village ou encore de Pharoahe Monch pour ne citer qu’eux? L’artiste sait toujours s’entourer des meilleurs, et certaines choses ne changent pas.

Pour ce projet complètement incroyable, c’est avec Nat Turner Rebellion qu’il s’associe pour un album instrumental au groove contagieux, aux influences black music incontestablement qui ravira tous les amateurs de rare groove. En 2013 il nous avait déjà préparé à ça avec un album sur lequel il nous a surpris par ses choix de guest pointus : Robert Glasper (d’ailleurs Black Milk apparait sur l’excellent Black Radio Recovered), Dwele, Mel ou encore Quelle Chris.
Vous l’aurez compris : on va parler Jazz mais avec l’alphabet Hip Hop
Read article
2019-04-10
Video

Nix – The Ñuulest (Feat. Ndongo D)

Nix met une fois de plus le Sénégal sur la carte. Alors que le second Excuse My Wolof se fait toujours attendre, un nouvel extrait se dévoile avec un clip en collaboration avec Ndongo D à la fois tamisé et stylé.
Ce clip, intitulé The Ñuulest, combinaison de Ñuul (noir en wolof) et du suffixe anglophone « -est » signifie le plus noir. Il annonce une couleur. Il affirme une identité. Il sort des schémas et met en lumière le propos et le présent sénégalais. Une dinguerie à découvrir ici :

Read article
2019-04-10
Report

Live Report : Jacob Banks @ Epicerie Moderne (09/04/19)

© Renaud Alouche


Le phénomène Jacob Banks posait son groove hier soir sur la scène de l’Épicerie Moderne, à Feyzin, l’occasion rêvée de vérifier si le britanno-nigerian représente réellement la relève de la soul moderne, comme beaucoup de professionnels s’accordent à le dire.


En ayant lancé sa carrière à seulement 21 ans avec la sortie de The Monologue (2013), Jacob Banks avait déjà affolé les critiques avec un timbre de voix incohérent pour son âge, lui offrant une liberté vocale très prometteuse.
© Renaud Alouche
On laisse donc mûrir et on le retrouve cinq ans et deux EP plus tard, pour la sortie de son premier album Village (2018), un album complet oscillant entre soul, hip-hop, et r&b sans perdre en homogénéité ni en authenticité. Jacob Banks fait ensuite une apparition sur COLORS qui rencontre un franc succès, et enchaîne avec une tournée bien chargée.

La voix prend aux tripes dès les premières notes, le jeune anglais sait nous parler, qu’importe la langue, le public reste contemplatif pendant les deux trois premiers morceaux, sans vraiment trop croire qu’une telle voix peut sortir de ce mec au visage parfait.
En fermant les yeux on arrive à imaginer Charles Bradley par la puissance, Otis Redding par le gémissement tout en finesse ou même Son House dans ce grain si marqué.
Tout ça dans le même homme vous dites ? Oui, sans hésiter, Jacob Banks a su travailler sa voix intelligemment ses dernières années pour réussir à en avoir un contrôle total, l’amenant où il veut, quand il veut, et se permettant même de chanter en faisant sauter ses oreillettes de retour…

© Renaud Alouche

Il faut dire que notre star du soir est bien accompagnée, avec un duo basse-batterie assuré respectivement par Michael Hamilton et Harold Brown, offrant une base de groove inaltérable, quelque soit le style du morceau. Ce à quoi s’ajoutent Heather Rivas aux claviers et  Daniel Byrne à la guitare, apportant de la profondeur au live, et quelques solos mémorables comme sur Chainsmoking pendant le rappel.
© Renaud Alouche

Résultat des courses, le poulain très prometteur de la soul moderne britannique ne déçoit pas, sans être une bête de scène, il délivre pourtant une prestation entière, tout en restant humble.

Il distribue de l’amour pendant plus d’une heure et demie, offrant au public un live très large dans le style, allant de la soul profonde limite gospel, jusqu’à une superbe reprise de Fix You de Coldplay, en passant par un blues très rock, ou encore un r&b très nigérian. La voix de Jacob Banks restant le fil d’Ariane auquel le public s’accroche tout au long du concert, rassurante, émue, puissante et déroutante.
© Renaud Alouche

Photos & Texte : Renaud Alouche

Read article