Preloader Image

juillet

2018-07-30
Video

Klaus Layer – Lost Track

La dinguerie boom-bap du jour vient d’Allemagne ! Le berlinois Klaus Layer aka Captain Crook s’adonne à l’excavation d’archives avec un projet remettant au gout du jour, des morceaux perdus de vue.

Piqûre de rappel doublée d’une musculation de la nuque, nécessaire pour le maintient d’une activité minimale en cette période de fortes chaleurs. Des productions déjà dans la légende et des rappeurs qui ne sont plus à présenter.

Une bonne grosse dose de rap allégorique estampillé Redefinition Records, à prendre sans modération ici :

Read article
2018-07-30
Report

Report : All Night Jazz @ Jazz à Vienne (13/07/18)

Gauthier Toux, Dhafer Youssef, Morcheeba, Electro Deluxe, Sofiane Saidi & Mazalda, Moon Hooch : le grand final de la 38ème édition du Jazz à Vienne a su nous tenir en haleine jusqu’au petit matin avec un tour des générations et des sensibilités qui constituent le ciment du festival.


Un mélange de mise en lumière de la scène émergente et de retrouvailles avec des valeurs sures.



Gauthier Toux Trio

La formation lauréate du Rezzo Focal 2017, menée par le plus suisse des pianistes français ouvre la soirée de conclusion. Le rendez-vous qu’est la All Night Jazz ouvre une fenêtre sur la scène d’ici et d’aujourd’hui.
Fraîche et élégante mise en bouche, avant de traverser les frontières avec un Dhafer Youssef qui marque son retour sur le Theatre Antique

Dhafer Youssef

C’est avec les souvenirs du passage à l’Auditorium en janvier 2017 et du sublime concert lors de Jazz à Vienne 2015 que la rédaction retrouve Dhafer Youssef dans un quartet légèrement remanié par rapport à ses dernières prestations.

Isfar Sarabski et Matt Bewer remplacent Aaron Parks et Ben Williams au combo piano-basse. Le titanesque batteur Justin Faulkner quand à lui reste fidèle au poste.

Une fois de plus Dhafer Youssef réussit à renouveler la magie face à un public émerveillé. Ses envolées lyriques et les prouesses des instrumentistes, réactualisent une musique très modale et dépoussièrent l’image qui émane des musiques orientales.
Une seconde escale riche en émotions fortes, avant la découverte de Morcheeba en live…

Morcheeba



Morcheeba : un de ces groupes mythiques, que les plus jeunes ne connaissent que sur disque… La All Night Jazz était l’occasion de voir ce monument du trip-hop aux 23 années d’existence.

Conscient de son histoire et face à une rassemblement de fans inconditionnels, Morcheeba met les petits plats dans les grands et offre offre une performance visuellement aux petits oignons. 
Skye Edwards, la chanteuse originelle du groupe, rayonne. Dans sa tenue écarlate, chacun de ses gestes est en totale synchronisation avec des jeux de lumières très élaborés.
Malgré les temps morts entre les titres, le public reste captivé. Morcheeba donne un concert intimiste à grand échelle.

Electro Deluxe

Chaque groupe de cette All Night Jazz apporte son énergie. Le passage d’Electro Deluxe est un bel exemple. L’intimité instaurée par Morcheeba se mue en bouillant tumulte cuivré.

L’énergie explosive et organique, déployée par les instrumentistes français et leur frontman originaire de l’Ohio ne s’essouffle à aucun moment. Electro Deluxe met Jazz à Vienne en effervescence, de la première seconde et jusqu’au passage de relais à Sofiane Saidi et Mazalda

Sofiane Saidi & Mazalda

L’avant-dernier service l’édition 2018 nous ramène dans des vibes orientales, véhiculées par une énergie aussi électrique qu’explosive. Véritables valeurs sûres sur le territoire, Sofiane Saidi et le groupe Mazalda incarnent les similitudes et les points de convergence entre le raï et le jazz.

Un oui à l’amour, mais un oui surtout à la musique pour fêter les âmes, panser les plaies. Sofiane Saidi c’est tout ça. Un chanteur au plus profond de son âme, de ses tripes, un chanteur qui commence à Sidi Bel Abbès gamin dans des mariages, le même chanteur qui du fuir le berceau du Rai pour échapper aux extrémistes, à ceux pour qui le rai ne pouvait être si libre.

Un voyageur qui se laisse aller là où la rencontre sera sincère, folle, inattendu, et c’est au coté de Mazalda, un combo lyonnais au groove cosmique que Sofiane est de retour avec cet album intitulé El Ndjoum « Les Etoiles » pour emmener le raï encore un peu plus loin…. 

– Ruddy Aboab / Radio Nova (Plus Près de Toi) 
Une définition qui colle à la folle énergie déployée par la formation, encore plus efficace qu’une distribution de café et qui a gardé les derniers infatigables festivaliers en éveil.
Un show qui nous fait oublier l’heure alors que les premières lueurs matinales commencent à poindre…

Moon Hooch

Le grand final. Le point d’orgue de l’édition 2018 de Jazz à Vienne. Annoncée comme « abrasive et décoiffante » la formation new-yorkaise Moon Hooch était LA grosse découverte de cette dernière soirée !
Issu des bancs de la New School for Jazz and Contemporary Music, le trio de Brooklyn fit ses premières armes dans le métro new-yorkais avant de s’y faire interdire. Un phénomène que l’on découvre sur la scène du Theatre Antique, les restriction législatives de NYC en moins.
Moon Hooch en live, c’est un combo cuivres + percussions démentiel ! Chaque titre redouble de puissance par rapport au précédent. Un repertoire sans mots qui survole des décennies de constructions rythmiques. Chaque morceau interprété est une injonction à danser, chanter voire rapper. Un passage où le trio enchaîne climax sur climax. Un show à trois qui se maintient au point culminant, dans des registres différents, un exploit que l’on peut qualifier d’héroïque.
C’est sur un show dingue, du même acabit que la découverte de Snarky Puppy lors de la All Night Jazz 2013 que se conclut Jazz à Vienne #38
Dans l’attente de la programmation 2019, l’heure est à des vacances et à de nouvelles découvertes et lectures estivales !
Report : Alpha Diallo
Photos : Paul Bourdrel
Read article
2018-07-27
news

Teymori – Teymori EP

Il était une période où été rimait avec titres formatés martelés à la radio et à la TV. Une époque révolue avec la surabondance de projets toujours plus qualitatifs. Cette inclassable merveille signée Teymori (Amin Payne) le prouve.

Premier EP du producteur australien sous un nouvel alias, ce projet regroupe le meilleur des vibes house, afro, electro et funk. Loin des stéréotypes sans relief que l’on peut retrouver quand on évoque ces genres, Teymori aidé de copains instrumentistes, insuffle de l’âme à des boucles nomades aussi prenantes que savantes.


Canicule sur les thermomètres et dans les playlists. Cliquez sur play et laissez le mercure monter :


Read article
2018-07-25
Video

Soulpersona & Princess Freesia – Sunset City

Ce nouvel ajout à la bande son estivale date de cet hiver. Sunset City est le dernier album en date du combo Soulpersona / Princess Freesia, qui avait marqué la rédaction en 2012 avec The Lapdancer.

Après les aventures fictives d’Avalon Nexus, l’alchimie entre les productions disco-jazz-funk de Soulpersona et l’énergie sulfureuse de Princess Freesia plante un décor « où les filles sont jolies, les escrocs jouent aux durs, la police est féminine, mais avec des fêlures sous-jacentes de plus en plus apparentes derrière tout le strass et le glamour ».

Les concepts d’albums disco son peu fréquents ces jours-ci, ce qui fait de Sunset City un cadeau que l’on nous offre. J’adore les titres Aviator, Tryin’ et SCPD mais le niveau global d’écriture et musicalité dans tout l’album est très haut !

– Joey Negro


Disponible en CD et digital sur Bandcamp et en écoute ici. Espace libre et piste de danse sont de mise avant le shot de groove pur :


Read article
2018-07-24
Video

Teknical Development & Figub Brazlevič – Strictly 4 All

Les extraits ont déferlé sur YouTube, le projet complet vient officiellement de sortir. Strictly 4 All, le nouvel album de Teknical Development et Figub Brazlevic vient de sortir.

Une dinguerie supplémentaire à ajouter au palmarès de la paire anglo-allemande. Du boom bap frais et expressif qui aborde avec le même panache, combat personnels et sujets planétaires. Un projet qui fait office de point de départ d’un voyage au départ de Berlin.

Une nouvelle tournée pour Tek & Figub, parés à casser des nuques, sous l’étendard Strictly 4 All ! Dispo en physique sur Vinyl Digital et en écoute ici :

Read article
2018-07-24
Video

Children of Zeus – Travel Light

Alors que The Story So Far s’est écoulé avant que la rédaction ait eu le temps de poser une virgule à son sujet, ses auteurs les Children of Zeus, on récidivé ce 13 juillet via un nouveau long format, qui frappe très fort !

Le groupe de Manchester s’inscrit dans les passages obligés de l’an 2018 avec cet album sans ratures. Un LP qui vient grossir le prolifique et immaculé catalogue de First Word Records. Annoncé par Slow Down / All Night, le LP Travel Light est un nouveau signe de l’actuelle main-mise anglaise sur ce groove bitumé, affectionné par Le Gros Tas de Zik.
Disponible en digital / CD / double vinyle et cassette (stock épuisé), un projet à d’urgence écouter ici :

Read article
2018-07-16
Report

Report : Thomas de Pourquery + Magma + Mammal Hands @ Jazz à Vienne (11/07/18)

Alors que l’équipe de France de football se qualifiait pour la finale un jour avant. Le festival Jazz à Vienne met l’hexagone à l’honneur, ce mercredi 11 juillet au Théâtre Antique.
A l’affiche : deux concerts hors des carcans et des connivences avec Thomas de Pourquery et son projet Supersonic (hommage à Sun-Ra) et le mythique groupe Magma, qui donne son seul concert de l’année à Vienne. Pour finir, la formation Mammal Hands au club de minuit, qui selon certains festivaliers n’est à manquer sous aucun prétexte…
Entre réinterprétation du jazz avant-gardiste et oeuvre à moitié inspirée par les rêves, la configuration du soir a promis une prise d’altitude. Le public était-il présent à la porte d’embarquement ? La réponse ici :

Thomas de Pourquery

Le Costaud de Bondy et sa formation ouvrent le bal. L’apparence bourrue du frontman, trahit la musique très sensible qu’il réalise. Septième et quatrième art s’entremêlent dans les compositions du sextet. Thomas de Pourquery nous projette dans un film, et narre avec des notes, des scènes sans répliques ni images.

Déferlante d’émotions et de tranches de vie en fermant les yeux. Une authentique expérience colore et sonore, narrée avec passion par les copains de Night Groove !

Magma

Le mythique groupe Magma au Theatre Antique… La fusion des furieuses folies créatrices du free jazz et du rock progressif, dans une performance cosmique et mystique. La formation menée par Christian Vander livre au public viennois, une de ses rares prestations, hors du temps et de l’espace.

Les inventeurs du mouvement Zeuhl, du haut de leurs cinq décennies d’histoire, étaient attendus par des fidèles de longue date et des curieux, des aficionados depuis les années 70 et des plus jeunes, intrigués par l’aura du groupe.
Pour les personnes nées à partir des années 80, c’était l’occasion de voir sur scène d’authentiques représentants d’une époque où expérimentations et absence de règles faisait loi en matière de production musicale.
Véritable instant de contemplation de la première à la dernière seconde, entre harmonies surréalistes, totale imprévisibilité dans la progression des titres et psaumes (solo et en cœur) scandés en Kobaïen (langue inventée par Christian Vander), une énergie en constante expansion (sans le moindre temps mort) émanait du concert de Magma.
On pense sans mal à Frank Zappa ou au Rocky Horror Picture Show à l’écoute de l’oeuvre de Magma tant les mélanges des genres sont aussi habiles qu’audacieux. Comédie musicale, messe, concert ou recueil : nombreux sont les qualificatifs possibles de ce 11 juillet, où les arts de la composition, de la dramaturgie et de l’interprétation « à la française » ont rayonné au théâtre antique !

Mammal Hands

Apres une virée dans les étoiles au Théâtre Antique, la transe interstellaire continuait entre les quatre murs du Club de Minuit avec le trio anglais Mammal Hands. Alors que Magma a fait voguer l’esprit dans des contrées inconnues, Mammal Hands, stimule imageries et sentiments enfouis, à la force de son live.
Influencés par des mouvances aussi sensibles que tumultueuses, Jesse Barrett et les freres Jordan & Nick Smart ont instauré une transe méditative et déversé un torrent d’émotions fortes via leurs instruments.
Belle et poignante, la performance de Mammal Hands conclut brillamment cette soirée, qui ouvre la derniere ligne droite du 38ème Jazz à Vienne.
Live Report : Alpha Diallo
Photos : Paul Bourdrel
Read article
2018-07-11
Report

Keziah Jones – MckNasty – Joey Grant @ Kiosque de Cybèle / Jazz à Vienne

Chose promise, chose due, le retour en images du concert improvisé de Keziah Jones – MckNasty – Joey Grant, déjà entré dans la postérité.

L’histoire

C’est samedi 7 juillet dans l’après-midi, à la gare de la Part-Dieu, en attendant un train pour Jazz à Vienne que Le Gros Tas de Zik a croisé Joshua McKenzie aka MckNasty, batteur londonien d’exception, rencontré lors du festival Soulitude 2017 à Genève (big up Omar, à l’origine des présentations).
Ce dernier, en partance pour une date dans le Vercors avec Keziah Jones et Joey Grant était motivé à venir sur Vienne ensuite. Apres quelques échanges par SMS auprès de lui et Benjamin Tanguy (Directeur Artistique du festival), leur venue est arrangée. Arrivés à la toute fin des concerts, les artistes débarquent sur le Kiosque de Cybèle.
Grâce au soutien de l’équipe technique sur place et David Kiledjian, backline et instruments sont vite mis en place pour une jam aussi mystique qu’électrique.
Avec le trio anglo-nigérian : Olaf benedris (Supa Dupa), Hugo aka Tim Purple, Bad Fat & Napoleon Maddox, Dowdelin, Zulu (Triple B), Djomaï, Romain Frechin etc… !

Une jam exceptionnelle ! Un « LGTDZ Moment » !

Photos & vidéo : Paul Bourdrel
Read article
2018-07-09
news

Nuits de Fourvière 2018 : Places à gagner pour le Terabak de Kyiv

Deuxième partie de la sélection Le Gros Tas de Zik au Coup de Coeur des Blogueurs par les Nuits de Fourvière.

Le principe : plusieurs rédactions font part de leur coups de coeurs personnels et votent pour coup de coeur collectif. S’en suit une myriade de places à faire gagner à travers les blogs contributeurs.
Après avoir fait gagner des places pour Erik Truffaz & Nya (coup de coeur individuel), la rédaction offre des places pour le Terabak de Kyiv, le 12 juillet ! Un spectacle qui redéfinit le cabaret à la sauce ukrainienne !

Pour tenter sa chance, il suffit d’envoyer un mail à alpha@legrostasdezik.com

Terabak de Kyiv

C’est une soirée comme il y en existera peu. Elle débutera par la traversée funambule de David Dimitri. Au crépuscule, sur son fil, il fendra le ciel au-dessus de nos têtes pour laisser place à la virtuosité du cabaret ukrainien imaginé par Stéphane Ricordel avec les Dakh Daughters. Ce cabaret, Ricordel l’a voulu baroque, fantasque et survolté. Il a voulu que les numéros se métissent et qu’une histoire se raconte. Alors le magicien Yann Frisch, en Monsieur Loyal, nous prendra par la main pour nourrir un récit absurde et burlesque où chacun retrouve une place.

Trampoline, trapèze, mât chinois… éveillent voltigeurs et acrobates au rythme effréné d’un gang de chanteuses ukrainienne déchaînées.

Stéphane Ricordel, a concoté un cabaret chaleureux et doucement déjanté où se sentent aussi bien les adultes que les enfants et même — miracle — les adolescents.

– Fabienne Darge, Le Monde

Mêlant cirque, musique et magie, le propos s’articule autour des Dakh Daughters, six Ukrainiennes formées au conservatoire de Kiev, ayant viré leur cuti pour défourailler une sorte d’ethno-punk calorifère qui ne manque pas de sympathisants en France

– Gilles Renault, Libération


Read article